A la recherche des Poëts

         Nous avons tous en mémoire nos volcans auvergnats (Puy de Sancy, Puy de Dôme, etc…) mais aussi la ville du Puy en Velay. Ce terme puy provient du bas latin « podium » et désigne un point élevé, une montagne ou un village situé en hauteur.

Selon les régions ce terme évolue : puig en catalan, puech ou pueg en occitan, poggio en italien, et plus rarement poët dans la partie sud du Dauphiné. (voir annexe 1)

Quatre Poëts sont situés dans la « Drôme Provençale » : le Poët Célard, le Poët Laval, le Poët Sigillat et le Poët en Percip. Un cinquième, le Poët est situé dans les Hautes Alpes en bordure de la Durance près de Laragne à moins de vingt kilomètres de la Drôme.

En remontant ensuite le cours de la Durance jusqu’à Briançon on découvre un grand nombre de villages, hameaux ou lieux dits dénommés Puy souvent situés en rive droite de la rivière. Sur la commune de Pelvoux on découvre enfin le sixième village à porter ce nom : le Poët en Pelvoux.

Au dessus de Briançon, sous le fort des Gondrans, se trouve un modeste alpage dénommé Poët Morand. (voir annexe 2)

En poursuivant dans la vallée de la Guisane et même ensuite en Haute Romanche on retrouve encore quelques lieux dits dénommés Puys.

Ce qui est étonnant c’est le grand nombre de lieux dits « Puy » et le petit nombre de lieux dits « Poët » sur cette vaste zone allant du sud drômois au Briançonnais en passant par le val de Durance. L’annexe 1 fait apparaitre la « zone linguistique » où il serait possible de trouver des lieux dits « Poët », il s’agit de la zone d’extension du dialecte Vivaro-Alpin rattaché à l’Occitan.

Trouver des lieux dits Poët ou le Poët ne peut être réalisé qu’avec un moyen de locomotion permettant l’observation de toutes les pancartes, inscriptions diverses ou gravures. Pour cela la bicyclette est bien entendu un excellent compromis.

La suite de cet article propose un parcours linéaire de plus de 300km, partant de la plaine du Roubion dans la Drôme, décrivant ensuite un grand arc de cercle à travers les Baronnies drômoises, puis les vallées de la Durance, de la Guisane et enfin de la Haute Romanche.

Le point de départ pourrait être Puy Saint Martin à environ quinze kilomètres du Poët Célard premier village remarquable. 

Le Poët Célard domine la vallée du Roubion à quelques km de Bourdeaux

 

En franchissant ensuite les collines séparant Bourdeaux et Dieulefit on parvient au Poët Laval classé parmi les plus beaux villages de France.

Le Poêt Laval à proximité de Dieulefit

La suite du voyage nous conduit vers le Nyonsais puis les Baronnies drômoises. En remontant les vallées de l’Eygues puis de l’Ennuye vers Sainte Jalle on parvient au Poët Sigillat.

  Le Poêt Sigillat entre Sainte Jalle et le col de Soubeyrand

     Il faut ensuite rejoindre la vallée de l’Ouvèze et prendre un peu avant Buis les Baronnies la route de la Roche sur le Buis, poursuivre jusqu’aux Sias et enfin découvrir le plus secret de nos Poëts drômois.

Le Poêt en Percip et au loin vers l’ouest la cuvette de Buis les Baronnies

Pour rejoindre ensuite la vallée de la Durance deux solutions sont possibles, rebrousser chemin et reprendre la vallée de l’Ouvèze jusqu’au col de Perty et Laborel dernière commune drômoise, ou poursuivre un chemin non goudronné et déboucher au village d’Aulan après avoir franchi le col cyclo-muletier de la Bohémienne, continuer ensuite jusqu’aux environs de Sèderon et emprunter les gorges de la Méouge pour retrouver le val de Durance.

Dans les deux cas il faut rejoindre Laragne-Montéglin et franchir la Durance pour découvrir le village du Poët.

Le Poët (05) dominant la Durance

A environ 20kilomètres vers l’est du Poët on peut signaler la présence d’un modeste sommet de 1367m nommé le Puy.

Mais ce que nous proposons est d’emprunter la vallée de la Durance, après avoir passé Tallard, puis Remollon et Espinasses villages entourés de vignobles et vergers, et enfin Chorges non sans avoir franchi le col Lebraut avec vue sur le barrage de Serre Ponçon.

Une variante qui oblige à traverser Gap consiste à escalader le col de Manse proche du Puy de Manse et rejoindre ensuite Chorges par le col de Moissières.

Pour rejoindre Embrun il est possible d’emprunter la corniche au dessus du lac passant par Saint Apollinaire, Puy saint Eusèbe, Puy Sanières, le petit Puy.

En amont d’Embrun la route principale est interdite aux cyclistes, il faut donc prendre la rive gauche beaucoup plus tranquille presque jusqu’à Guillestre.

Suit alors une partie un peu monotone jusqu’à Largentière où il faut bifurquer à gauche sur la vallée de Vallouise. Cette route permet d’atteindre la station village de Puy Saint Vincent. Le haut de la vallée conduit à la commune de Pelvoux et ses hameaux Puy-Aillaud et le Poët en Pelvoux. Ce dernier ne mérite pas son nom puisqu’il est situé en aval de la commune. Mais autrefois ce hameau était rattaché à Vallouise et de ce fait il était le lieu de vie le plus haut de cette commune.

 Le hameau du Poët en Pelvoux avant 1910

 Les hameaux de Pelvoux, le Poët en Pelvoux est le premier sur la gauche du cliché

Le fond de vallée permet d’atteindre le hameau d’Ailefroide, puis le Pré de Mme Carle, porte d’accès du Glacier Blanc et de la Barre des Ecrins.

Redescendu au hameau de Saint Antoine signalons que l’on peut ensuite prendre la vallée de la rivière l’Eychauda qui conduit au col muletier du même nom. Cette variante permet de rejoindre directement la vallée de la Guisanne.

Après être redescendu jusqu’aux Vigneaux on peut ensuite emprunter la petite route de Prelles où l’on traverse la route principale pour emprunter la rive gauche de la Durance jusqu’à Briançon et sa zone commerciale sud longeant la Durance. On peut ensuite emprunter la route des Puys adossée à la montagne du Prorel.

On traverse successivement Puy Saint Pierre, Puy Richard, Puy Saint André et enfin Puy Chalvin. Cette belle ascension permet d’admirer la ville de Briançon, les forts, et au loin le Chaberton.

Revenu à Briançon il est temps de grimper jusqu’au dernier Poët identifié. La route d’Izoard nous amène quatre kilomètres après la sortie de la ville à la bifurcation conduisant au Fort des Gondrans. Cette ancienne route militaire est ouverte à la belle saison à tout trafic non motorisé. Quelques kilomètres avant le col on domine un léger replat herbeux dénommé Poët Morand.

 

Le Poët Morand dominant la vallée de la Cerveyrette

Ce lieu bucolique a pourtant été marqué par l’histoire puisque c’est de là que sont partis les couts de canon qui détruisirent la forteresse du Chaberton le 21 juin 1940. Situés à environ 2000m d’altitude les artilleurs du Poët Morand réussirent à atteindre mortellement le « cuirassé des neiges » lui-même situé à 3130m au terme de tirs paraboliques dont le point le plus élevé se trouvait à plus de 5000m d’altitude. Mais tout cela est une autre histoire…

Juste avant le col des Gondrans on bénéficie d’une vue splendide vers le sud et notamment sur le pic de Rochebrune et l’Izoard.

Le pic de Rochebrune à gauche et le col d’Izoard au centre

Redescendus à Briançon nous pouvons ensuite remonter la vallée de la Guisane et découvrir les derniers Puys hauts alpins.

Parmi les nombreux sites estampillés Puy citons au dessus de Saint Chaffrey le Puy des Faures, mais aussi en remontant la vallée, le Puy Chirouzan, le Puy de la Salle, enfin au dessus du Monétier la chapelle du Puy du Cros accessible à pied ou en V.T.T. notamment en redescendant du Col de Buffère.

La chapelle du Puy du Cros visible sur la crête au dessus du Monétier les Bains

En poursuivant le voyage au-delà du col du Lautaret on peut citer le Puy Golèfre sous l’Aiguillon à proximité de Villar d’Arène, et le lac de Puy Vachier accessible à pied ou par le téléphérique de La Grave.

 

Le lac de Puy Vachier et l’échancrure du Lautaret en arrière plan

En redescendant la vallée de la Romanche on découvre ensuite les Puys, le Bas et le Haut au dessus du Freney d’Oisans dans le département de l’Isère.

Ce long périple nous aura permis de lister de manière non exhaustive des sites dénommés Puys ou plus rarement Poëts. Ils sont presque tous installés à proximité de zones habitées ou fréquentées par les hommes, tous situés sur un point haut intermédiaire de forme arrondie ou sur un replat.

La réalisation effective de ce parcours devrait permettre de découvrir d’autres villages, hameaux, simples quartiers ou lieux dits dénommés Poëts.

Annexe 1 

 

 

Annexe 2 

 

Claude BASTIDON Membre des Cyclotouristes Pierrelattins

Go to top