Valle Maira

Paradis pour les « VTTistes », mais aussi pour les autres cyclistes…

Situation du Valle Maira

Le Valle Maira est situé dans les alpes italiennes du Piémont, face au col de Vars et à la haute vallée de l’Ubaye. Dans toute cette partie des Alpes le versant italien est très abrupt, en quelques dizaines de kilomètres on arrive dans la plaine (Turin plus au nord, Pinerolo à proximité du Montgenèvre, ou Cuneo face au col de Larche).

Le valle Maira est une vallée fermée. Pour l’atteindre il faut rejoindre Cuneo en empruntant soit le col Agnel par le Queyras puis le Valle Varaita, soit le col de Larche et la vallée de la  Stura di Demonte. (Maira et Varaita sont les noms des rivières).

Au nord est de Cuneo, Dronero marque véritablement l’entrée de la vallée. 

Dronero

Après environ 35 km d’une vallée sinueuse, parfois étroite, ponctuée de petits villages on atteint l’ultime commune du Valle Maira : Acceglio. 

Acceglio

Particularités culturelles du Valle Maira

Comme toutes les autres vallées du Piémont Italien le Valle Maira est de culture occitane. On trouve fréquemment des inscriptions en dialecte piémontais proches de notre provençal et plus encore du dialecte dauphinois (Vivaro Alpin).

Quelques exemples : 

« Misun Vieo » ou maison vieille en français, ou casa vecchia en italien

« Misun » est proche du dauphinois, en provençal c’est le terme « oustau » qui est utilisé. 

« La Sousto dal col » ou l’abri du col en français, ou il rifugio del passo en italien

« Sousto » en provençal comme en piémontais signifie abri.

En italien le "y " n’existe pas, mais on trouve dans ces vallées des lieux dits Sampeyre ou parfois San Peyre pour San Pietro en italien, ou Saint Pierre en français et Sant Pèire en provençal. 

Eglise de San Peyre dans la montée du Colle di Sampeyre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colle di Sampeyre

Ce patrimoine culturel vaut à lui seul le déplacement, mais de plus l’ensemble de cette vallée est particulièrement adapté aux activités de découverte telles que le ski de randonnée en hiver, la marche en montagne, la randonnée cycliste sur routes ou sur pistes d’altitude.

La proximité de la frontière franco italienne a entraîné de part et d’autre de la crête frontalière la construction de nombreux ouvrages militaires desservis par des pistes d’altitude dont certaines aujourd’hui sont goudronnées.

Nous nous y sommes rendus en août et avons découvert la partie routière de ces cols de haute altitude. Ce premier volet est déjà très intéressant, mais la partie cyclo-muletière est absolument sublime (voir en P.J. un descriptif Club des Cent Cols).

Le secteur sud du Valle Maira

Ces routes ont été tracées à la fin des « années 30 » pour une part par les autorités militaires, mais aussi pour une autre part par les collectivités régionales.

Le point culminant dont le vrai nom est « Colle dei Morti » est le « Colle di Fauniera » (en français, fontaine noire du nom d’un sommet proche) franchi pour la première fois par le Giro en 1999 grâce au récent goudronnage du tracé. Marco Pantani ayant franchi le col en tête, le sommet est aujourd’hui marqué par une statue monumentale du « Pirata ». 

Les « rédacteurs » de l’article au sommet du Fauniera (2480m)

L’accès à Fauniera peut s’effectuer par trois routes différentes :

  • Au sud-est à partir de Demonte dans la vallée descendant de Larche jusqu’au « Colle di Valcavera » (2429m) proche de quelques km de Fauniera.

 Valcavera

Le Colle di Valcavera (2429m) constitue également l’accès à un impressionnant secteur de pistes permettant de rejoindre le Colle del Preit par le Colle del Mulo et plus de 30km de pistes. 

Accès au secteur cyclo-muletier du Colle del Mulo (2527m)

La liaison avec Fauniera s’effectue en traversant l’inquiétant « Vallone dei Morti » lieu d’un combat sanglant entre troupes Françaises et Piémontaises en 1744 :

Entrée au Vallone dei Morti

  • A l’est à partir de Pradleves, c’est le versant le plus pentu, il aboutit au « Colle d’Esischie » (2366m)
  • Au nord à partir de Ponte Marmora localité proche d’Acceglio, la route rejoint également le « Colle d’Esischie ». 

 Versant nord du Colle d’Esischie

Par ces deux derniers itinéraires la route rejoint Fauniera par un dernier secteur pentu d’où l’on aperçoit enfin le monument à la gloire du « Pirata » 

Accès nord du Colle Fauniera en venant du Colle d’Esischie

Le secteur nord du Valle Maira

Il est possible de passer du Valle Maira au Valle Varaita en passant par le  « Colle Sampeyre (2284m) ».

Pour accéder à la longue crête sommitale par le sud, deux accès sont possibles.  L’un emprunte la route d’Elva par des gorges encaissées, l’autre dessert plusieurs villages et hameaux à partir de Stroppo, c’est ce dernier que nous avons choisi.

Vieilles maisons sur la place de Stroppo

La montée difficile mais régulière débouche sur un long replat desservant plusieurs hameaux puis elle repart à l’asseau des alpages après avoir traversé une longue partie très pentue au travers d’une forêt de mélèzes.

L’accès à la partie finale permet de bénéficier d’un vaste panorama vers le sud couvrant tout le secteur parcouru la veille.

Alpages sud du Sampeyre (2284m)

Vers le nord c’est la face sud du Viso qui apparait : 

A gauche du Viso on aperçoit le passage du col Agnel

La route du col coupe une piste axée est/ouest. Cette piste dont l’origine militaire ne fait aucun doute, dénommée « strada dei cannoni », est là encore le point de départ d’un somptueux parcours à faire à VTT depuis le Colle della Bicocca jusqu’à San Damiano.

« Strada dei cannoni » vers la Bassa dell’Ajet (2328m)

Notes complémentaires

>Nous avons parcouru les routes du Valle Maira avec nos randonneuses. L’utilisation de vélos de type « gravel », ou cyclo-cross est possible. Elle permet de sortir du goudron et d’emprunter des portions de pistes même assez pentues, mais elle reste assez physique aux dires de cyclistes italiens habitant le secteur.

L’utilisation de véritables VTT permet d’accéder à la plus part des pistes existantes même en mauvais état. Nous avons repéré des circuits que nous espérons réaliser dans les années à venir.

Pour une description plus complète il est possible de se reporter à l’excellent reportage extrait du libre service du site du Club des Cent Cols :

(Une semaine de VTT dans le Valle Maira par Philippe Carrez et Marie Laure Bodin)

www.centcols.org/libre_service/valle-maira

>Les appellations de cols varient selon les régions y compris en France.

En Italie le terme le plus répandu est « passo », mais dans le Piémont on trouve plus fréquemment « colle », ou parfois « bassa » utilisé également dans les Alpes Maritimes sous la forme « baisse ».

>Nous tenons à souligner l’excellent accueil qui nous a été réservé tant par les hôteliers et commerçants d’Acceglio que par la majorité des cyclistes italiens rencontrés qu’ils soient routiers ou VTTistes.

Un grand merci au généreux cycliste inconnu qui nous a dépannés dans la descente du Colle d’Esischie.

Claude et Martine BASTIDON sociétaires des Cyclotouristes Pierrelattins

Go to top